L’association est-elle encore active ?

L’association Apinnet n’est plus active depuis mi-2013. Nous ne proposons donc aucun abonnement.

Motifs ? Manque de bénévoles pour faire tourner la structure.

Pourquoi ne dissolvons-nous pas l’association ?

  • Nous voulons que les bonnes volontés qui voudraient devenir leur propre fournisseur d’accès à Internet se retrouvent facilement. L’existence de l’association peut jouer le rôle d’un phare, en quelques sortes ;
  • Parce que les démarches administratives (déclaration ARCEP et prélèvements automatiques, par exemple) ont été effectuées. Parce que le compte bancaire n’est pas dans le rouge. Parce que… Bref, la partie administrative est fonctionnelle et attend simplement une équipe de volontaires pour continuer l’aventure. Ça ne sert pas à grand’chose de tout reprendre depuis le début (sinon à acquérir de l’expérience en procédures administratives et dialogue).

Vous pouvez vous lancer et contribuer à relancer l’aventure ! C’est pour cela que nous conservons la structure juridique. 🙂

Ci-dessous, nous répondons au top 5 (qui ne comprend que 4 items, haha) des interrogations que l’association reçoit par mail et IRC.

Combien de bénévoles actifs/actives faudrait-il pour qu’Apinnet tourne ?

Benjamin Bayart, porte-parole du plus vieux fournisseur d’accès à Internet français encore en activité, FDN, déclarait « pour réussir à monter un FAI associatif, 4 volontaires à peu près, c’est pas mal. Plus, ça fait très vite armée mexicaine, moins, ça fait très vite pas assez. ». Source (à partir de 10:20).

De par mon implication personnelle dans d’autres FAI associatifs de la FFDN dans d’autres régions, je constate, en effet, qu’il faut être au moins un noyau dur de 4-6 personnes pour faire tourner un fournisseur d’accès à Internet associatif. Il faut néanmoins préciser que c’est variable en fonction des services que vous voulez proposer et de la disponibilité de chacun-e.

Or, nous constatons qu’environ 5 personnes différentes nous contactent tous les 6 mois pour demander si l’association est encore active, si nous fournissons des services et pour savoir si d’autres personnes seraient partantes pour relancer l’asso avec elles. Conclusion : vous êtes bien assez nombreux-euses pour relancer vous-même Apinnet. Lancez-vous. 🙂 L’association peut mettre en relation les personnes intéressées qui en font la demande.

À titre personnel, je suis disponible pour faire la jonction avec la nouvelle équipe et pour donner un coup de main sur tous les aspects techniques.

Je voudrais bien participer mais je n’ai pas beaucoup de temps. A-t-on une idée du nombre d’heures qu’il faudrait consacrer à l’association pour qu’elle fonctionne ?

À la truelle, j’estime la charge de travail à 5 heures par mois maximum par bénévole actif/active en prenant une base de 4 bénévoles. En gros, se poser autour d’une table un après-midi par mois tous et toutes ensembles. 🙂

Évidemment, cela dépend des objectifs, des services que l’association proposera et du succès du FAI. Quelques exemples (vécus personnellement pour les 2 premiers) :

  • Fournir des accès ADSL, pour une structure sur le lancement, ça passera presque forcément (pour une question de coût) par déléguer la partie technique à FDN, FAI associatif, le plus vieux FAI français encore en activité. Il restera donc essentiellement un travail mensuel de comptabilité et d’entraides ponctuelles quand l’accès au Net d’un-e membre de l’association cesse de fonctionner.
  • Fournir des accès VPN (un câble virtuel entre un-e membre et l’association qui permet de lui délivrer un accès Internet sans avoir le contrôle du support physique de transmission (ligne de téléphone cuivre, câble, fibre optique, 3G/4G,…)), constitue surtout un travail technique initial (mais les FAI de la FFDN seront ravis de vous fournir une configuration clé en main qui fonctionne) puis quand ça tourne, ça tourne. Il reste donc essentiellement un travail ponctuel d’accompagnement des nouveaux/nouvelles abonné-e-s.
  • Fournir des accès par WiFi (nous parlons de liaisons unidirectionnelles qui peuvent envoyer et recevoir du 50 mégas symétrique sur plusieurs kilomètres sans problème en respectant la législation sur la puissance d’émission, pas les antennes omnidirectionnelles de piètre notoriété) ou des adresses mails, ça demande beaucoup plus de travail récurrent, technique et de terrain.

Si je suis intéressé-e, que faudrait-il que je fasse ?

  • Manifester votre intérêt auprès des autres personnes intéressées mais qui ne peuvent/veulent pas relancer l’association toutes seules. Pour cela, contactez l’association, nous ferons la mise en relation.
  • Il sera nécessaire d’organiser une Assemblée Générale Extraordinaire qui permettra de définir le projet associatif commun (qu’est-ce que vous voulez faire collectivement, quels services voulez-vous proposer, comment,…) et d’élire un nouvel organe exécutif compte tenu que les mandats précédents ont expirés.
  • Commencer à ouvrir les premiers accès à Internet qui ne demandent pas un investissement financier démesuré : accès ADSL avec FDN, VPN en utilisant l’infrastructure d’un autre FAI de la FFDN,…
  • Tracer le chemin de l’association…

Houla, je ne me sens pas capable de participer à un FAI associatif !

Chacun-e sait et sait faire quelque chose et peut transmettre aux autres : coordination, communication, conception de site Internet, comptabilité, administration de systèmes informatiques, administration de réseaux informatiques,… Un FAI association est à l’intersection du domaine associatif (communication, répondre aux emails, participer à des événements qui diffusent nos valeurs, comptabilité,…) et du FAI (conception et déploiement de réseaux et de systèmes informatiques, développement d’un système d’information,…). Il n’y a pas besoin d’avoir fait des études poussées en informatique pour participer à un fournisseur d’accès à Internet associatif.

Bref, n’ayez pas peur : lancez-vous dans l’aventure et devenez votre fournisseur d’accès à Internet propre et convivial. 🙂


Laisser une Réponse